LES LECOUTRES BÂTISSEURS



Descendants de custos, les LECOUTRES sont sans doute prédisposés à bâtir des cathédrales. S'ils n'en ont pas eu l'occasion, ils ont néanmoins été des batisseurs d'églises et d'abbayes.
Si celui dont l'œuvre remarquable est la plus visible est le maître charpentier Jehan Le coustre, le plus renommé d'entre est sans aucun doute l'abbé Paul Lecoutre qui, dans la deuxième moitié du 19ème siècle et au début du 20ème siècle, a bâti toute une église, renouant avec la tradition des bâtisseurs du moyen-âge. Mais dès le 14ème siècle nous trouvons des LE COUSTRES bâtisseurs d'église à Saint-Omer et à Lille.


Jehan LE COUSTRE - 14ème siècle
Maître maçon - Église et abbaye de Saint-Bertin à Saint-Omer
A propos des premiers documents relatifs au grand autel de l'église de Saint-Bertin à Saint-Omer, La Fons de Mélicocq (1850a, page 116) constate

"Nous y voyons, en effet, qu'en 1396, les maçons P. Largent et Jehan Le Coustre travaillaient autour du grand autel, devant lequel était suspendu un ciboire qu'en 1387 l'orfèvre Pierre Blondel avait réparé."

Il note également (1850b, page 206), en ce qui concerne les bâtiments claustraux de l'abbaye de Saint-Bertin à Saint-Omer

"Nous voyons qu'en 1396, maître Pierre Largent avait construit dans le cloître trois voutes, et que l'on achevait les quatre qu'avait faites Me Jehan Le Coustre."

Jehan Le Coustre est donc en 1396 maître maçon et a notamment construit quatre voutes de l'abbaye de Saint Bertin.

de la Fons de Mélicocq A. 1850) - Chœur et autel parés de l'église abbatiale de Saint-Bertin, aux XIVe, XYe, et XVIe siècles. Bulletin du Comité Historique des Monuments Écrits de l'Histoire de France - Archéologie-Beaux-Arts, II, 116-121.
de la Fons de Mélicocq A. (1850) - Eglise et bâtiments claustraux de l'abbaye de Saint-Bertin, aux XIVe, XYe, et XVIe siècles. Bulletin du Comité Historique des Monuments Écrits de l'Histoire de France - Archéologie-Beaux-Arts, II, 204-213.



Henri LE COUSTRE - 14ème siècle
Orfèvre - Collégiale Saint-Pierre à Lille
Henri Le Coustre est au 14ème siècle orfèvre à Lille et, nous dit Dehaisnes (1886, page 182) apparaît dans les compte de la collégiale Saint-Pierre, "qui était en quelque sorte le centre intellectuel de la ville de Lille":

"Henri l'orfèvre, qui exécute en 1358-1359 des travaux de même nature, peut-être le même que Henri Le Coustre, qui en 1368 travaille au reliquaire de saint Biaise;"

Dehaisnes C.C.A. (1886) - Histoire de l'art dans la Flandre, l'Artois & le Hainaut avant le XVe sie`cle/i>. Lille: L. Quarre´.


Jehan LE COUSTRE - 17ème siècle
Maître-charpentier - Église de Solre-!e-Château et Basilique Notre-Dame de Walcourt
Jehan Le Coustre est au 17ème siècle maître-charpentier à Beaumont en Belgique. La ville de Beaumont est située tout prêt de la frontière avec la France, à peu près à égale distance - une quinzaine de kilomètres - de Solre-le-Château en France (département du Nord) et de Walcourt en Belgique (province du Hainaut).
L'église Saint-Pierre Saint-Paul de Solre-!e-Château et la basilique Saint-Materne de Walcourt, respectivement classées monument historique et patrimoine exceptionnel de Wallonie, sont toutes deux célèbres pour leur étonnant clocher surmonté d'une flèche bulbeuse.

Ces clochers sont l'œuvre de Jehan Le coustre, leurs dates de construction respectives étant 1621 ou 1631 et 1610 ou 1616 (selon les sources).

Le premier présente la particularité d'être incliné. Selon Charles Beaumont, membre de la Société archéologique et historique de l'arrondissement d'Avesnes, ce serait volontairement que Jehan Le coustre l'aurait fait pencher vers le sud-ouest pour le protéger des tempêtes.
Même si ce n'est qu'une hypothèse, elle est quand même plus vraisemblablent que les légendes qu'a inévitablement fait naître cette curieuse inclinaison. D'autes explications techniques ont été avancées pour expliquer une inclinaison postérieure à la conclusion, mais on pourra leur préférer la légende que racontent les solréziens:

"...le clocher s'est penché pour regarder une jolie pucelle entrer dans l'église, le jour de son mariage. Du jamais vu pour ce vieux clocher; les filles du village étant, disait-on, jadis, fort dévergondées. Pour sa curiosité, le clocher fut puni par un torticolis éternel."

par exemple La Voix du Nord, 28/06/2015

On notera que le clocher de Wlacourt a du être reconstruit après l'incendie de 1940, mais le modèle de Jehan Le Coustre est respecté.

Thiébaut J. (1982) - Le patrimoine monumental de la Belgique Wallonie, vol. 9, province de Namur, arrondissement de Philippeville. Liège: P Mardaga.
de la Fons de Mélicocq A. (1850) - Eglise et bâtiments claustraux de l'abbaye de Saint-Bertin, aux XIVe, XYe, et XVIe siècles.
Dans le dépliant de la randonnée "Circuit du Biau Ri" proposé par le Comité Départemental du Tourisme du Nord, on trouve la description suivante:

"Surmontée d'une curieuse flèche octogonale démesurée, ayant pour but d'atteindre la même hauteur que le clocher d'Avesnes, elle est garnie, à sa base, de quatre clochetons et, tout en haut à 60 mètres, s'élève la croix, supportée par le bulbe. Celui-ci, d'une hauteur de 7 m pour 4,20 m de diamètre, servait jadis au guetteur qui, de fait, s'y trouvait très à l'aise!"

On trouve également dans ce dépliant que le clocher fut en partie financé par la perception d'un impôt sur la bière!


Paul LECOUTRE - 19ème-20ème siècles
Curé - Église de Wirwignes

Sur cette carte postale envoyée en 1906, on peut voir la mention un des plus beaux monuments religieux du Boulonnais pour désigner l'église de Wirwignes. Cette église est pourtant relativement banale.
C'est l'intérieur, œuvre de l'abbé Paul Lecoutre, curé de Wirwignes, décédé cette même année 1906, qui est exceptionnel, ce qu'on ne peut imaginer à la seule vue de l'extérieur.
L'église de Wirwignes mérite bien un chapitre à part dans l'étonnante histoire des LECOUTRES, et ceci pas seulement parce que Paul Lecoutre est une descendant de Pierre LE COUSTRE.

L'église Saint-Quentin de Wirwignes en bref
Film réalisé en 2002


A SUIVRE...

   


RETOUR À L'ACCUEIL